À une époque où les données prennent une place prédominante dans la société, il apparaît important de s’intéresser de plus près à la manière dont elles sont traitées. Actuellement, le système de collecte, de stockage et de traitement des données le plus connu et répandu est le Cloud Computing. Depuis quelques années, une deuxième méthode se fait une place de choix : le Edge Computing. Alors, qu’est-ce que c’est et quels sont ses avantages ?

Cloud Computing vs. Edge Computing

Pour mieux comprendre ce qu’est le Edge Computing, il convient dans un premier temps d’expliquer le principe de son grand frère : le Cloud Computing. Le Cloud Computing (ou “informatique en nuage” en français) est une méthodologie de stockage des données via des serveurs externes. Concrètement, plutôt que de stocker des données sur le disque dur d’un ordinateur, celles-ci sont envoyées et hébergées via internet sur des serveurs à distance, présents partout dans le monde. 

Au sein de la méthodologie du Cloud Computing, et avec l’essor des objets connectés, une méthode optimisée se démocratise aujourd’hui à grande échelle : Le Edge Computing (ou “informatique en périphérie de réseau”). 

Dans un contexte de Edge Computing, plutôt que de transférer les données produites par des objets connectés vers des Datas Centers à distance pour être traitées, l’objectif est de les traiter directement où elles sont générées, localement, par le support qui les émet (objet connecté, smartphone…). Le résultat de ce traitement, beaucoup plus compact et léger en termes de données, est ensuite envoyé vers les Datas Centers qui n’ont plus qu’à les stocker. À titre d’exemple, les analyses effectuées par le Pet Tracker Invoxia lui permettent de diviser par près de 750 le poids des données qu’il collecte !

Initialement conçu comme simple relais pour recueillir, filtrer et envoyer des données vers le Cloud, les systèmes du Edge Computing possèdent désormais des puissances de calcul, de stockage et d’analyse suffisantes pour leur permettre de traiter ces données directement.

Quels sont ses avantages ?

En proposant de traiter localement les données émises par les objets connectés, le Edge Computing permet avant tout de réduire fortement le trafic vers les Datas Centers. En effet, le poids des données étant très fortement réduit au cours de leur traitement, les besoins en bande passante des différentes communications entre les capteurs (présents dans les objets connectés, les smartphones…) et les Datas Centers diminuent fortement. 

Surtout, le fait de transmettre moins de données permet d’économiser drastiquement les batteries des appareils connectés, ce qui leur confère ainsi une autonomie démultipliée. C’est notamment ce qui permet au Tracker GPS Invoxia ainsi qu’au Pet Tracker de tenir sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois sans recharge.

En parallèle, le traitement local des données implique naturellement un gain de temps conséquent concernant leur analyse puisque leurs voyages à travers les réseaux s’en voient fortement réduits, voir supprimés. Le Edge Computing permet donc une réduction de la latence du traitement de l’information, avec en prime une analyse quasiment en temps réel des données.

Et la sécurité, dans tout ça ?

Cette question soulève un certain débat car elle peut être analysée de deux façons. 

La première analyse serait de partir du principe que, restant proches de leur source et ne voyageant pas à travers le réseau, les données gérées par Edge Computing bénéficient d’une plus grande sécurité que le Cloud car elles ne sont pas soumises au risque de compromission d’un Data Center. En d’autres termes, en cas de faille de sécurité dans un Data Center, le nombre de données vulnérables est infime puisqu’elles sont conservées en périphérie du réseau. De même, cette proximité réduit les risques d’interception des données par une personne mal intentionnée.

Néanmoins, une autre analyse consiste à penser qu’un objet connecté en périphérie du réseau bénéficie a priori d’une plus faible sécurité qu’un Data Center, et sont donc plus vulnérables.

Au final, tout dépend de la manière dont l’environnement Edge Computing en question assure sa sécurité. Pour l’y aider, il peut mettre en place un chiffrage des données, un contrôle des accès, utiliser un VPN…

Le Edge Computing, pour quelles utilisations ?

Dans un contexte de développement rapide des objets connectés et de l’Internet of Things (« l’Internet des objets »), le Edge Computing devient de plus en plus utilisé.

Il est particulièrement pertinent pour les objets connectés à faible connectivité (qui n’ont pas besoin d’être connecté en continu à un Cloud central) comme c’est le cas pour nos Trackers GPS et nos Pet Trackers. En conservant leurs données localement, nos trackers n’engorgent pas inutilement le réseau et permettent une analyse immédiate des données qu’ils collectent. De ce fait, ils ne dépendent pas d’une connexion internet et peuvent donc fonctionner quasiment partout, tout en conservant une longue autonomie.

De manière générale, le Edge Computing ouvre de nombreuses possibilités pour toute application dépendant du “machine learning” et intégrant des fonctions liées à la détection de mouvement, d’objet, la reconnaissance faciale, l’évitement des obstacles… à l’image des Trackers GPS d’Invoxia, qui font intervenir bon nombre de données liées aux mouvements de véhicules (moto, voiture, vélo…), de marchandises, ou encore au suivi de l’activité d’un animal.

Pionnier de ces technologies en France, Invoxia fait partie des rares entreprises françaises à maîtriser l’IoT et le Edge Computing. C’est pourquoi nous mettons tout en oeuvre pour innover constamment, et vous proposer des produits toujours plus pertinents, efficaces et utiles au quotidien. La preuve : les Trackers GPS Invoxia intègrent désormais le service IFTTT !

Alexandre

Alexandre

Passionné aussi bien par le football que par la rédaction et la création de contenu, Alexandre reste pour autant plus à l’aise dans le maniement des mots que dans celui du ballon rond !

Leave a Reply